Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro-Sant-Malo

Pays de Saint-Malo

  Créhen

* Krehen

 
pajenn bet digoret an 03.11.2008 page ouverte le 03.11.2008     * forum du site Marikavel : Academia Celtica  dernière mise à jour 26/09/2018 19:49:54

Définition : commune de la Bretagne historique, en Bro-Sant-Malo, pays-évêché de Saint-Malo.

Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département des Cotes d'Armor; arrondissement de Dinan; canton de Plancoët. sur l'Arguenon.

Superficie : 1821 ha.  

Population : 900 'communiants' vers 1780; 1722 hab. en 1860; 1721 hab. en 1878; 1769 hab. en 1881; 1798 hab. en 1890; 1300 hab. en 1968; 1418 hab. en 1978; 1452 hab. en 1982; 1524 hab. en 1990 ?; 1479 hab. en 1999 ?; 

Armoiries; blason

* Régis de Saint-Jouan : 

* Editions Flohic : "ce sont les armes des familles de La Touche à la Vache, de Beaumanoir, et de Françoise de Dinan".

* Daniel Delattre (2004) : cf. Régis de Saint-Jouan.

Paroisse : sous le vocable de saint Pierre.

Histoire :

* Ogée (1780) : Crehen; sur une hauteur; à 3 lieues 3/4 au S.-O. de Saint-Malo, son évêché; à 13 lieues 1/4 de Rennes, et à 3 lieues 1/2 de Dinan, sa subdélégation. Cette paroisse, qui relève du roi, a une haute-justice qui ressortit à Plancouet et de là à Dinan. On y compte 900 communiants. La cure est en la présentation de l'abbé de Saint-Jacut; c'est un ancien prieuré dépendant de l'abbaye de Marmoutiers, ordre de Saint-Benoît. Ce territoire renferme la maison noble de la Touche-à-la-vache, haute-justice, à M. Scott; le château de la Menardais, et les terres de Lambaudaie et de la Hingodais. Le bourg de Crehen est situé à l'extrémité d'un monticule qui a plus d'un tiers de lieue de longueur, au bas duquel passe, à l'ouest, la rivière d'Arguenon; au nord-est est un grand vallon où coule un ruisseau, et au sud un autre vallon qui communique avec les deux autres, aussi arrosé de ruisseaux qui, comme le précédent, vont se jeter dans l'Arguenon. Le sol de ce territoire est bon et assez exactement cultivé.

Le château du Guildo, qui se voit dans cette paroisse, était jadis une place très-forte; il appartenait, en 1400, à Bertrand de Dinan, chevalier, seigneur du Guildo. En 1446, ce château appartenait à Gilles de Bretagne*, frère du duc François Ier. Gilles avait épousé, pour son malheur, Jeanne de Dinan, la plus belle femme de son temps. Arthur de Montauban, favori de François, conçt pour Jeanne une passion violente et parvint à s'en faire aimer; mais comme ils ne pouvaient satisfaire leur passion du vivant du prince, ils formèrent le noir projet de le perdre. (Voy. l'Abrégé de l'histoire de Bretagne, en tête de ce Dictionnaire.) En 1590, le château du Guildo était gardé par une garnison du duc de Mercœur, commandée par le capitaine Jacques le Ray, à qui il fut enlevé par les troupes du roi Henri IV. — Au mois de mai 1597, Saint-Laurent, capitaine du duc de Mercœur, assiégea avec un corps de deux mille hommes *, tant Espagnols qu'autres étrangers, le château du Guildo, dont il se rendit maître. — En 1620, Jean d'Avaugour, seigneur du Bois-de-la-Motte, baron du Guildo, fonda une communauté de Carmes, qu'il établit dans l'église collégiale des Chapelains, auprès de son château du Guildo. Il obtint, pour cet effet, des bulles du pape, des lettres-patentes de Louis XIII, et l'agrément de Guillaume le Gouverneur, évêque de Saint-Malo. Le Guildo a une haute-justice qui appartient à M. Picot.

(1) Voir aussi, sur cette localité, Anfuaire du Morbihan, 1837, p. 105 et 91.

----------

* Marteville et Varin (1843) : CREHEN, commune formée de l'anc. par. de ce nom, aujourd'hui succursale. — Limit. : N. Saint-Jacut, Trégon (embouchure de l'Arguenon); E. Ploubalay, Languenan; S. Corseul ; O. Saint-Lormel, Pluduno, Saint-Potan. — Princip. vill. : la Touche, la Menardais, la Richardais, le Guildo, château du Guildo, la Ville-Gesnouan, la Provotais, Bréjérac, le Villeu, la Ville-d'Est, la Ville-Morel, la Prioutais , le Perron, la Cotardais, la Chenelaye, Leumais, la Morinais, la Rigaudais la Touche-à-la-vache, la Chapelle. — Superf. tôt, 1819 hect. 71 a. 80 c., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 1493; prés et pat. 76; bois 48; verg. et jard. 34; landes et incultes 52; étangs 3; sup. des prop. bât. 9 ; cont. non imp. 103. Const. div. 410. Moulins 9 (de Taillefer, Riot, Launay, Rault, à eau; de Meneguen , et 2 à la lande des Tertres, à vent). >>> Le château du Guildo domine l'Arguenon, presque a l'endroit où la route de Matignon à Dinard passe la rivière. Ce qu'il en reste est plutôt des décombres que des ruines; cependant on peut encore voir que l'endroit par où l'on y pénètre était jadis la porte d'entrée. On a fait remonter au VIè siècle la construction de ce château, et l'on dit que Conobre y donna asile à Chramme, fils révolté de Clothaire (voy. l'Abrégé de l'Histoire, p. 87); mais rien ne prouve ce fait, si ce n'est l'observation suivante. Dans un hameau qui est près du bourg de Crehen ou a fouillé un tumulus, et l'on en a retiré, dit-on, des ossements calcinés et des charbons. A cette tradition s'en lie une autre qui participe de l'esprit superstitieux de nos campagnes. Les paysans des environs de Créhen prétendent que la nuit on voit sortir de ce tumulus une femme qui va laver à la rivière un linge ensanglanté. — Les souvenirs se rattachant au prince Gilles ont un caractère plus précis que les traditions relatives à Chramne. Ce prince infortuné vit commencer au Guildo les malheurs qui ne finirent qu'avec sa vie. (Voy. l'Abrégé de l'Histoire, p. 157) (1). — Lors des sièges qu'il soutint pendant la Ligue, le Guildo fut attaqué et défendu par le canon, car on a trouvé une pile de boulets dans une retraite au dessus de la poterne (Voy. M. de Penhouet, Esquisses sur la Bretagne, p. 6.) — Pendant la révolution de 1793, un des membres de la famille Châteaubriant avait cherché un asyle dans les ruines du Guildo; il le quitta, fut pris et fusillé à Paris. — L'abbé Déric (t. 4, p. 188) parle d'une allée couverte qui existait de son temps en Créhen, à 1 kilom. du bourg. Elle avait trente-quatre pieds de  long et était couverte de cinq pierres plates. Ce monument se nommait Genouan, que Deric explique par les mots pierre sainte, ce que nous ne saurions admette. Nous ignorons si ce monument druidique existe encore. — Il y a foire le 2 novembre. — Géologie : granite; roches amphiboliques dans le nord;  graphite au château de l'Argentaye. -- On parle le français.

(1) Un écrit qui date du siècle suivant ( XVIè) a conservé dans les termes que voici le récit de cette arrestation : « Messire de Brezé, o tout 400 lances, arrivèrent au Guildo, le 26è de juin de l'an 1440. En ce chasteau était Mgr. Gilles, avec les dames, c'est à savoir madame sa femme, madame Catherine de Rohan, mère d'icelle, et plusieurs dames et damoiselles. L'arrivée de ces gens d'armes ne fit aucunes émotions sur le prince, car il croyait recevoir des amis, mais bientôt il s'apperçut du contraire, car ceux-ci prinrent au corps assez lourdement Mgr. Gilles de Bretagne, le tirèrent hors la place, et l'emmenèrent à Dinan, où était son frère. »

------------------------

* Régis de Saint-Jouan : 

- Collégiale du Guildo fondée en 1410;

- le 26 juin 1446, Gilles de Bretagne, frère du duc François Ier, a été arrêté par les envoyés du roi Charles VII.

- le château du Guildo fut encore repris par les troupes royales en 1590.

- en 1597, le château fut assiégé et pris pour le duc de Mercoeur par le capitaine de la Ligue Jean d'Avaugour de saint-Laurent.

- 4 avril 1621 : fondation du couvent des Carmes.

- 6 juillet 1623, la terre du guildo est érigée en baronnie pour Jean d'Avaugour, seigneur de Saint-Laurent.

- 8 septembre 1758 : bataille du guildo. 

- 9-10 janvier 1793 : le marquis de la Rouërie, chef de l'association bretonne, arrive au château de la Pichardais. Le soir du 10, il part vers la Guyomarais en Saint-Denoual, où il tombe malade et meurt le 30 janvier.

- nuit du 4 ai 5 avril 1795, une vingtaine de chouans occupent le bourg de Créhen et y abattent l'arbre de la liberté.

- 12 juillet 1795, le chouan Collas de la Baronnais, dit Rodolphe, commandant de la division de Dinan, traverse le gué du Guildo avec un détachement de 40 hommes. Il licencie sa bande le 5 août suivant.

- juin 1798, Robinault de Saint-Régent, dit Pierrot, envoyé du comte d'Artois (Louis XVIII), débarque au port du Guildo.

- 20 octobre 1822 : fondation des Soeurs de la Divine Providence de Créhen, par M. Holery.

- 25 mai 1864 : inauguration du pont du Guildo.

"On a voulu placer à la Ferté-Fromentel près du Guildo le lieu où Chramme, fils de Clothaire Ier, fut tué et brûlé, avec sa femme et ses enfants, en 560 (Grégoire de Tours, IV-20). Cette 'tradition' n'est appuyée sur aucun argument valable.

------------------------

Observations JC Even : 

Le territoire dans lequel se trouve aujourd'hui Crehen faisait partie, à l'époque de la Gaule indépendante, puis de la gaule romaine, de la civitas des Curiosolitae / Curiosolites.

*****

Ce territoire fait partie, dès 385, du Tractus Aremoricanus mis en place par l'empereur Magnus Clemens Maximus Augustus ( = Maxime), sans cependant faire partie de la dotation originelle du même empereur à son beau-frère le Britto-romain Kynan (Conan Meriadec).

Dans les années 470, la cité des Curiosolites est dirigée par deux frères, Ban de Benoic (pays Goelo)  et Bohor de Gannes (Dinan). Ces deux princes participent à la coalition, avec les autres Gaulois d'Armorique, et les Britto-romains de (G)Bretagne et d'Armorique sujets d'Arthur, à la guerre contre les tentatives hégémoniques et impérialistes d'Euric, le roi wisigoth d'Aquitaine. Cette coalition est victorieuse à la bataille de Carohaise / Carhaix, le mercredi Ier mai 474.

Les relations intimes réalisées par cette alliance et cette victoire entre Gaulois armoricains et Britto-romains fait que, peu après 496, Clovis reconnaît la réunion des deux cités dans le cadre de l'organisation d'une 'petite' Bretagne en extrême ouest armoricain. C'est de cette alliance des cités et des peuples qu'est née la Bretagne armoricaine.

***** 

Le territoire de Créhen partie de l'évêché de Saint Malo.

* Anomyme (1860) : Maires de Créhen : BERTIN; Bernard de COURVILLE; de BOTHEREL; ALLEE; LE BOUETOUX de BREJERAC; OLERON; LE BOUETOUX de BREJERAC; ...

Archéologie. Patrimoine :
Le Bourg Ar bourg
Tumulus  
Dolmen (allée couverte)  de la Ville-Genouan (21 pierres colossales)  
Église saint Pierre 1817-1831) Iliz sant Per.
Manoir du Guildo (ancien couvent des Carmes)  
Château de la Touche à la Vache (XVè) (ruines)

inscrit le 27 février 1926

 
Château du Guildo (XIIIè - XIVè)

inscrit le 25 juin 1951; propriété du Conseil général depuis 1981.

 
Manoir de Bréjerac (XVIè)  
Château de la Pichardais (XVIIè - XVIIIè)  

Étymologie :

* Dauzat et Rostaing (1963) : "Querhen, 1163; composé de breton ker, pierre > forteresse, et d'un second élément obscur, probablement un nom de personne".

* Régis de Saint-Jouan (1990) : "Cherehen, 1163; Querhen, 1271"

* Jean-Yves Le Moing (1990) : "Cherehen, 1163 BI; Querhien 1187 et Quirihen 1230, AE/AU".

- p. 155 : "Les noms en Créhen semblent représenter un singulatif, mais il est difficile de préciser exactement leur étymologie. La commune de Ccréhen (M) ne donne pas de solution définitive par ses formes anciennes".

* Bernard Tanguy (1992) : "Eccl. S. Pétri de Cherehen, 1163; Querhien, XIIe s.; Querhen, 1232, 1269, 1273; Querhen, Crehen, 1297; Kerhan. v. 1330; Crehen, 1423, 1440; gallo Kerhin.

Démembrement de la paroisse bretonne primitive de Ploubalay, Crehen n'est cité comme paroisse qu'en 1271, mais il est fait mention, outre de son bourg, en 1232, de son église, dédiée à saint Pierre, dès 1163. Celle-ci figure dans une bulle pontificale au nombre des possessions de l'abbaye de Saint-Jacut, dont elle sera un prieuré. L'abbaye de Saint-Aubin-des-Bois se vit octroyer également, au XIIIè siècle, des biens dans la paroisse et notamment au bourg.

Si on en juge par la constance des graphies anciennes, qui dénoncent la forme actuelle comme le résultat d'une métathèse, le toponyme ne serait pas un équivalent du breton krehenn "colline, butte" (en moyen-breton knechen), mais un composé formé avec le breton ker "ferme, village" et un nom d'homme breton Ehen ou Hen. Il appartiendrait en ce cas à un type de formations qui ne se sont multipliées qu'à partir du XIè siècle. Cependant, outre que la découverte de haches en bronze à 50 m du bourg, la présence d'un tumulus, détruit au siècle dernier ( = XIXè s.), au lieu dit la Motte à 350 au nord-est, celle d'une villa romaine à la Touche témoignent d'une occupation ancienne du secteur, la dédicace de l'église à saint Pierre peut être un gage d'ancienneté".-

* Éditions Flohic :  "du breton ker, village, et du nom d'homme Hen ou Ehen".

* Hervé Abalain (2000) : "Cherchen en 163, Querhen en 1232; Kerhan au XIVè siècle; Hen est un anthroponyme féminin, Crehuen étant attesté au XIIè siècle; l'origine du nom serait (Ker + N. P.), mais on signalera aussi que Krec'henn signifie colline en breton".

------------

Observation JC Even : 

Personnes connues Tud brudet
Chramme (?)  
Gilles de Bretagne  
O'MURPHY

lieutenant de l'armée royale bretonne

né à Pluduno, 1795

 
Mr. Guy HOMERY

recteur de Créhen; fondateur, le 20 octobre 1832, de la communauté religieuse des Filles de la Divine Providence

Ploubalay, 25.08.1781 / Créhen, 13.12.1861

 

Armorial * Ardamezeg

           
Famillle d'Acigné

seigneurs de la Touche à la Vache

Famille l'Advocat / Ladvocat

seigneurs de la Provostaye

           

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
Jumelage avec Kilmore Quay, Irlande  

Communes du canton de Plancoët Kumunioù kanton Plangoad
Bourseul Boursaout
Corseul Kersaout
Créhen Krehen
Landébia   Landebiav
Languenan   Langenan
Plancoët Plangoed
Pléven   Pleven
Pluduno   Pludunoù
Saint-Lormel   Sant-Loheñvel

Communes limitrophes de Créhen Parrezioù tro war dro Krehen
Pluduno Plancoët Corseul Saint-Méloir Lescouët Plorec    

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780.

* MM. A. MARTEVILLE et P. VARIN : correcteurs et continuateurs d'OGEE, 1843.

* Anonyme : Dictionnaire des communes des Côtes du Nord. vers 1860.

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

* J. RIGAUD : Géographie historique des côtes du Nord. Francisque Guyon, Libraire-éditeur, 1890; réédition la Tour Gile, 1995.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Larousse, 1963; Librairie Guénégaud (vers 1970 ?)  

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Éditions Berger-Levrault. 1978.

* Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes du département des Cotes d'Armor. Conseil général des Cotes d'Armor. 1990.

* Jean-Yves Le MOING : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop-Breizh. 1990.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes des Côtes d'Armor. 

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Cotes d'Armor. Le Chasse-Marée - Ar Men. 1992 

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000. 

* Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor. Les 372 communes. Éditions Delattre. 2004. 

Liens électroniques des autres sites traitant de Créhen / *Krehen :

* lien communal : 

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Créhen : dessin JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig      vas vite, mon petit ami

go fast, my little friend

Retour en tête de page