Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux / anvioù- lec'hioù

Noms de personnes / Anvioù tud

Breizh

Bretagne

Bro Sant-Malo

Pays de Saint-Malo

 

Iffendic * Fentig

* Fentig * Ilfentig

 

pajenn bet digoret an 09.05.2011 page ouverte le 09.05.2011     * forum du site Marikavel : Academia Celtica  dernière mise à jour 26/08/2020 20:13:20

Définition : commune de la Bretagne historique, en Bro-Sant-Malo, pays-évêché de Saint-Malo.

Aujourd'hui dans la région administrative non historique dite 'de Bretagne', département d'Ille-et-Vilaine; arrondissement de Rennes; canton de Montfort-sur-Meu; sur le Meu.

Superficie : 7366 ha.

Population : 4000 'communiants' vers 1780, y compris ceux de Bléruais; 2528 hab. en 1968; 3047 hab. en 1999; 

Armoiries; blason :

* Editions Flohic : "il figure le menhir de la Pierre-Longue et peut-être le blason de l'église".

* Froger-Pressensé : "Taillé : au 1, de gueules à l'aigle d'argent, membrée d'or, chargée d'un écusson de gueules à deux coupes d'argent passées en sautoir; au 2, d'or au menhir du lieu de sable".

Les coupes évoquent saint Eloi, orfèvre, patron de la paroisse. Menhir de la Pierre-Longue.

Traduction bretonne JC Even : "Skejet : ouzh 1 en gwad e erez dispak en arc'hant, iziliek en aour, karget gant ur skoed en gwad e zaou hanaf en arc'hant lammellet; ouzh 2, en aour e beulven lec'h en sabel"

Paroisse : l'église paroissiale est sous le vocable de saint Eloi.

Histoire :

* Ogée (vers 1780) : Iffendic; sur un petit coteau, au bord de la rivière de Muel; à 12 lieues 1/2 au sud de Saint-Malo, son évêché (aujourd'hui Rennes); à 5 lieues 1/2 de Rennes, son ressort, et à 1 lieue 1/2 de Montfort, sa subdélégation. La cure est présentée par l'évêque, et compte, y compris ceux de Saint-Blervais*[Bleruais], sa trêve,4000 communiants. Le prieuré d'Iffendic est dédié à saint Pierre. On croit qu'il fut fondé, en l'an 1118, par le seigneur d'Erbrée*, qui possédait alors une maison nommée Iffendic, et qu'il fut ensuite donné à des laïques, qui le gardèrent à titre d'héritage. L'an 1189*, Jacob, prêtre d'Iffendic, et Radulphe, son fils, donnèrent cette église à l'abbaye de Marmoutier, avec les dîmes et chapelles qui leur appartenaient en cette paroisse, à condition qu'ils pourraient, si bon leur semblait, prendre l'habit de saint Benoît, et qu'en cas qu'ils ne prissent point cet habit, les moines de Marmoutier diraient des messes et autres prières pour le repos de leurs âmes. Ce territoire est un pays couvert, où l'on trouve des terres fertiles en grains et pâturages, quelques cantons en landes, et plusieurs bois taillis, dont le plus considérable est celui de Tremelin, qui peut avoir trois à quatre lieues de circonférence. Les maisons nobles de cette paroisse, en 1420, étaient : Tregueille, à Jean Marquier; le Breil-Louvel, à Guillaume Heronnet; la Yille-Heromec ou Homet, à Thomas du Breil; le Délient, à Olivier de la Houxace; la Ville-Léon, à Pierre Préichard; la Ville-Houix et Trehen, à Jean Gautier; la Roche, à Guillaume Chef-de-Maille; la Roche, à Eon du Houx; le Val, à Olivier de l'Ille; le Val-Botherel*, à Thomas de Fhen; Blerruas, à Jean Guischard; la Barre, à Yvon de Coirideuc; la Ville-Yenoux, à Guillaume Henri; le Val-Grassin, à Jean du Tiercent; la Senardière, à Olivier Belle; l'Ebergement-de-Raoul-Auvant, à M. de Montfort; le Breil, à Thomas du Breil; la Morinaye, à Eustache de la Morinaye; la Voyrie, à Antoine le Voyer; Launay, à Jean Gicquel; le Valachart, à Guillaume le Valachart; la Boullais, à Aubin Joces; le Pin, à Jean du Pin; la Paumeraye, à Jean de Vaudroueib; Launay, à Louis Henry; la Bouaye, à Pierre de la Bouaye; le Bois-M arquer, à Guillaume de Marquer*; Saint-Théan, à Michel Oren; la Ville-Sorière, à Alain de la Morinaye; Trehegoun, à Jean Gallard; le Breil-Louvel, à Macé-Hoaës; Tresoët, à Jean Boistraves, et la Chasse [la Châsse], à Jean de la Chasse. Cette dernière était alors une des plus anciennes chevaleries du comté de Montfort. Ses possesseurs prirent depuis le nom de Dandigné de la Chasse. Mathieu de la Chasse épousa Yvonne de Laval, et Bouchart, son fils, Madelaine de Vendôme; Geoffroi se maria à Marie de Rieux; François Hervé, à Jeanne de Cahideuc, et Jeanne-Françoise, à Augustin de Cahideuc, vicomte du Bois de la Motte, lieutenant-général des armées navales et commandeur de l'ordre du Saint-Esprit. — L'an 1595, le seigneur de la Chasse manda un de ses frères qui était en Anjou, occupé au service du roi, et forma avec lui le projet de surprendre le château de Comper, dans la paroisse de Concoret, gardé par les troupes du duc le Mercœur. Ils l'exécutèrent avec seize hommes, qui furent presque tous blessés. L'un des deux frères fut nommé gouverneur du château, dès qu'il fut soumis à Henri IV. Le duc de Mercœur fut si irrité de ce procédé, qu'il envoya des troupes piller le château de la Chasse. Elles y mirent même le feu, quoique cette place fût eu neutralité. Ce château appartient encore à la même famille.

**************

* Marteville et Varin (1843) : IFFENDIC (sous l'invocation de saint Eloy, évoque de Noyon; 25 juin); commune formée de l'anc. par. de ce nom, moins sa trêve Bleruais, et non Saint-Blervais (voy. ce mot), qui est devenue commune; aujourd'hui succursale; chef lieu de perception. — Limit. : N. le Bois-Gervily.Saint-Uniac, Montauban, le Lou du Lac; E. Bédée, Lanouaye, Montfort, Talensac; S. Monterfil, Saint-Perran; O. Paimpont, Saint-Malon, Saint-Gonlay, Saint-Maugan. — Princip. vill. : la Ville-Thebaut, les Portes, la Ville-Sorier, Léhée, les Vignes, la Ville-Rigourd, le Plessix, les Méheudais, le Temple, le Lestou, le Verger, le Breil-Nouvel, la Bouyère, Ville-Orhan, Launay-Patouillé, le Chêne-Sec, la Fléchais, Haute-Ville, Bonamenu, le Breil-Bretagne, la Menuchais, la Houssaye, Tresvit, Saint-Ahan, la Hamelinais, Bout-à-Vent, le Haut et Bas-Perray, le Nedan, le Levran, le Temple, la Crossonnais, leTertron, Compenette, la Bouttière, la Blosseraie, laVairie, la Pommeraie, Pintillac. — Maisons principales : châteaux de la Morinais et de Trégail, la Châsse, le Pin, Cahideuc, la Roche-Turbulant (métairie). — Superf. tôt. 7450 hect. 58 a.. dont les princip. div. sont : ter. lab. 4376; prés et pat. 647; bois 433; verg. et jard. 81; mares et canaux d'irrigation 151; landes et incultes 1343; étangs 24; su. des prop. bât. 44: cont. non imp. 351. Const. div. 1096; moulins 7; 1 usine. Dans les anciens titres, Iffendic est généralement nommée Hilphinic. (V. Dom Morice, Preuves, t. I, col. 545.) — La fondation du prieuré d'Iffendic, qu'Ogée attribue à tort à un eigneur d'Erbrée d'abord, puis qu'ensuite il rapporte exactement en analysant l'acte de fondation et de transfert à Marmoutiers, est de 1122 et non de 1189. (Dom Morice, Preuves, ibid.) Cette donation de Jacob fut confirmée la même année par l'évêque d'Aleth. Dom Morice réfère (ibid) cet acte de confirmation, et y joint le procès verbal de prise de possession, accompagné des formalités singulières du couteau et des cordes des cloches, usage analogue à ceux qui ont long-temps subsisté dans les prises de possession de toute propriété foncière. — Dans la même année, Raoul II de Montfort donna à ce prieuré le droit d'usage dans la forêt de Conlon. — «Ogée, nous écrit M. l'abbé Oresve, a omis Cahideuc et Boutavant. Cahideuc, situé à 2 kilom. du bourg, à l'ouest, est un ancien château, aujourd'hui - en ruines, qui a produit de vaillants capitaines, François de Cahideuc, sieur de la Boullais, était capitaine du château de Monlfort pendant la Ligue. Celte maison s'est fondue dans celle de la Chasse.— Les d'Andigné sont d'origine angevine. Ce fut par un mariage qu'un d'Andigné devint seigneur de la chasse. Boutavant, au sud-est, près la forêt de Saint-Perran, présente aujourd'hui a peine des ruines. Ce château, comme Ithaque, était situé sur la pointe d'un rocher, au pied duquel se trouve un étang avec un moulin. Saint Judicaël, roi de Bretagne, en faisait sa ville de plaisir. Il y venait, vers 636, avec ses chevaliers, joûtes et «prouesses. (Voy, les Actes de Bretagne, t. 1, p. 205; Le Baud, p. 87, et le chevalier de Roujoux, p. 390.);— Ce château royal, comme les autres sis dans le Porhoët, devint la propriété des seigneurs de Montfort. — En 1213, Guillaume, seigneur et prince (princeps] de Montfort, confirma dans ce château toutes les donations que ses prédécesseurs «avaient faites à l'abbaye de Saint-Jacques.» — Selon la tradition, le bourg d'Iffendic n'était pas autrefois situé où il est aujourd'hui; cette tradition s'appuie en partie sur ce fait que l'on trouve dans plusieurs champs, à 500 m. environ au nord-est du bourg, une grande quantité de fragments de briques semblables, pour la forme, à celles que l'on voit à Rieux et à Locmariaker. — On dit aussi que les Templiers ont possédé plusieurs terres dans cette paroisse; mais cette assertion n'offre aucun caractère de certitude. La charte de Conan IV (1160), qui énumère les biens des Templiers en Bretagne, n'en indique aucun en Iffendic. — M. l'abbé Oresve nous décrit un monument druidique que l'on voit, dit-il, à 2000 m. au sud du bourg, près du village de Vausavelin. C'est un menhir de 4 m. 50 c. à 5 m. de hauteur. On a fouillé au pied de cette pierre en 1837, mais on n'y a rien trouvé. — La partie sud de la commune d'Iffendic est pour ainsi dire inculte; ce ne sont que landes et que montagnes. — Cette commune est limitée au nord-est par la petite rivière de Garun, et traversée de l'est à l'ouest par celle du Meu. La route de Rennes à Saint Méen la traverse également de l'est-sud-est à l'ouest-nord-ouest. — A l'ouest une partie du territoire est séparée de la masse par un espace d'environ 30 m. Cette fraction est enclavée dans Saint-Onen et le Bois-Gervily; elle contient lu village de Tréez, la maison de la Boulais, etc.— La ville Es-Marquer ou le Bois-Marquer et le Val-Botherel ont suivi la trêve Bléruais. — C'est en Iffendic qu'est située la belle usine de Travail, qui, primitivement appliquée à une filature mécanique, a été, depuis, considérablement agrandie par M. Roussin-Elias. C'est aujourd'hui une importante et remarquable fabrique de produits chimiques, avec nombreuses mécaniques pour la pulvérisation des substances employées dans les arts ou dans l'industrie, ainsi qu'une belle féculerie. — Il y a foire à Iffendic le deuxième lundi après la Saint-Pierre. — II faut voir sur cette localité un curieux ouvrage de M. Poignand, juge à Montfort, intitulé Karreck et Boutavan.— Marché le lundi.— Géologie : schiste argileux; quartzite au sud. — On parle le français.

**************

* Commune d'Iffendic : "Iffendic est une ancienne paroisse primitive qui englobait autrefois les territoires de Iffendic, de Saint-Malon-sur-Mel, Saint-Gonlay, Bléruais, Saint-Maugan, Boisgervilly, Saint-Uniac, Montfort-sur-Meu, Talensac, Le Verger, Monterfil. Une tradition prétend que le bourg et l´église d´Iffendic ont été incendiés par les Normands au Xème siècle et l´on montre encore sur les bords du Meu l´emplacement qu´aurait occupé l´église primitive".

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église saint Eloi (XIIè, XVè, XVIIè) Iliz sant Elar
Chapelle saint Barthélemy Chapel sant Bertele
Menhir de la Pierre Longue (Ht = 5 m; larg = 2,45 m) Ar Peulven
Château de Boutavent (XIIè)

Ruines

Kastell Boutavent

Restachoù

Manoir de la Ville Eon (XVè, XIXè) Maner Ker Eon
Manoir du Bas-Canlou (vers 1500)  
Manoir de Bouquidy (XVIè, XVIIè)  
Château de Tréguil (XVIè, XIXè). Chapelle.  
Château de la Chasse (XVIIè, XXè)  
Château du Breil (XIXè). brûlé en 1903.  

Étymologie

* Marteville et Varin (1843) : Hilphintic

* Erwan Vallerie :  Hilphintic, 1122; Infintic, 1174; Infintinc, 1187; Hilphintic, 1189; Efindic, 1330; Iffindicq, XVIt; Iffandic, 1630

* Editions Flohic (2000) : "peut-être du breton hil-, "race", "descendant", et de l'anthroponyme Fintic". "La localité est mentionnée sous le nom de Hilphintic en 112é puis Infintic en 1187". 

 * Hervé Abalain (2000) :  hypochoristique de Ilfin(t), anthroponyme

* Commune d'Iffendic : "Iffendic vient, semble-t-il, du breton ´hil´ (descendant) et de Fintic". 

Personnes connues Tud brudet
Famille de Montfort  
Famille du Breil  
Famille de Cahideuc  
Famille de la Morinaye  
Famille de Bouquidy  
Famille de Guichart

seigneurs de Bléruais

 

Armorial * Ardamezeg

     
d'Andigné     Jamois, ou Jamoays Jamois, ou Jamoays  
originaire du Poitou

châtelain de la Chasse en 1707, en Iffendic; seigneurs de Saint-Jean et des Maisons Neuves, en Saint-Malon; de la Marche, du Hallay, de la Bouëxière, en Soudan; de Kermagaro et de la Roche, en Néant; de la Grée, en Augan; des Touches, de Mayneuf, en Saint-Didier; de Saint-Germain, en Saint-Germain-en-Coglès; du Plessis-Bardoul, en Pléchâtel; de Beauregard en-Montfort-la Canne; baron de Mauron; seigneur de la Soraye en Quintenic; de Kerédec en Plouzané; baron de Vézins, en Anjou, et de Pordic; seigneur de Lancrau; de Resteau

treize générations; références en 1513

"d'argent à trois aiglettes de gueules becquées et membrées d'azur"

"en arc'hant, e deir ererig en gwad pigosek hag iziliek en glazur"

sceau / siel 1392

devise / sturienn

Aquila non capit muscas

(PPC)

    seigneur du Hil, des Fontaines, de la Musse, de la Morvonnaye, en Saint-Pierre-de Plesguen; du Paty et de la Bruyère, en Iffendic

"parti d'azur et d'argent, à trois colombes de l'un en l'autre, celle de la pointe sénestrée d'une hallebarde d'or, fûtée de sable, la pointe en bas"

"rannet etre glazur hag arc'hant, e zri koulm an eil en egile, hini ouzh beg kleizet gant un halabardenn en aour, troadek en sabel"

(PPC)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

alias

"d'azur à trois fers de hallebarde d'argent, les pointes en bas"

"en glazur e zri houarn halabardenn en arc'hant, begoù ouzh beg"

Armorial 1696

(PPC)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Montfort-sur-Meu Parrezioù kanton Monforzh
Bédée Bedésc / *Bezeg
Breteil Bertoelh / * Breizhouel
La Chapelle-Thouarault La Chapèll-Toraut / * Mouster-Tuwal
Clayes Claès / * Clouedoù
Iffendic Fendic / * Fentig
Montfort-sur-Meu Moñforzh
La Nouaye  
Pleumeleuc    
Saint-Gonlay    
Talensac Talenseg
Le Verger    

Communes limitrophes de Iffendic Parrezioù tro war dro * Fentig
Saint-Malon

sur-Mel

Saint-Gonlay Saint-Maugan Boisgervilly Saint-Uniac Montauban

de-Bretagne

Bédée la Nouaye Montfort

-sur-Meu

Talensac Monterfil Saint-Péran

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* MM. A. MARTEVILLE et VARIN : continuateurs et correcteurs d'OGEE, 1843.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes d'Ille et Vilaine. 2000.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Les universels Gisserot. 2000

* J.L RAMEL et A.J RAUDE : Liste des communes du département de l'Ille et Vilaine. Maezoe-Heveziken. 2003

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes des Côtes d'Armor et Ille et Vilaine. 2008.

Liens électroniques des autres sites traitant d' Iffendic / *Ilfentig :  

* lien communal : http://www.iffendic.com/

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* Autres pages de l'encyclopédie Marikavel.org pouvant être liées à la présente :

http://marikavel.org/heraldique/bretagne-familles/accueil.htm

http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* sauf indication contraire, l'ensemble des blasons figurant sur cette page ont été dessinés par J.C Even, sur bases de GenHerald 5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page